marcelo matarazzo 287570 unsplash 1055x699

 

Lorsque vous débutez une vie d'expatrié, vous êtes emporté par la curiosité, par la volonté de découvrir ce qui se passe en dehors de votre monde et par une soif de défis. Vous souhaitez découvrir de nouvelles cultures, de nouvelles façons de penser mais aussi de nouvelles expériences de travail et de vie. En tant qu'expatrié, vous rencontrerez alors des personnes d'origines différentes. Vous pourrez notamment rencontrer de nombreux couples interculturels, et peut-être même en former un.

Les défis des couples interculturels

Il y a différentes conditions qui font que nous tombons amoureux, nous ne choisissons généralement pas logiquement. Après la passion initiale, nous apprenons à mieux connaître l’autre. C’est à ce moment où nous pouvons faire face aux premières difficultés.

Selon les chercheurs, tous les couples sont confrontés aux mêmes problèmes, mais pour les couples interculturels, les aspects culturels créent de nouveaux défis. Il faut accorder une attention particulière à l’autre et prendre le temps de le connaître, de comprendre comment notre éducation peut influer sur nos relations mutuelles.

En fonction du pays dans lequel vous avez grandi, les attentes relatives au rôle du partenaire peuvent être très différentes. La culture, la religion et le cercle social de votre partenaire déterminent un idéal auquel il peut s'attendre. Il est parfois difficile d'en être conscient avant de partager différentes étapes de la relation, telles que la vie commune, le mariage ou la création d’une famille.

Prenons l’exemple de Roméo, un homme européen marié à une femme asiatique. Il a deux enfants. Son épouse travaille dans un magasin. Il a du mal à trouver un nouvel emploi suite à la perte de son précédent. Leur relation s'est depuis détériorée. Elle est tellement bouleversée qu’elle a du mal à adopter une attitude positive à son égard ; elle est incapable de valoriser le temps que son mari investit maintenant dans leurs enfants et son rôle à la maison. Comme sa femme pense qu’il doit être le garant financier, il est également plus difficile pour Roméo d’apprécier ce qu’il fait et de développer l’estime de soi dont il a besoin pour rechercher un emploi avec confiance.

Si les attentes en matière des rôles du partenaire constituent un défi, différents styles de conversation peuvent également contribuer à aggraver la communication du couple.

Khanitta, originaire de Thaïlande, sourit souvent lorsque son mari américain est malheureux et se plaint de quelque chose. Quand elle sourit, son mari pense qu'elle ne le prend pas au sérieux, ce qui le met parfois en colère. De son côté, Khanitta se sent agressée quand il hausse le ton, elle se sent gênée et elle ne sait pas quoi répondre : son sourire est un signe de détresse, un moyen d’atténuer les tensions et de faire preuve de gentillesse envers son mari.

La manière dont nous exprimons nos sentiments ou nos besoins peut être très différente selon l’éducation, la culture et l’éducation. Nous pouvons privilégier une communication qui va droit au but, directe comme dans le cas du mari américain, ou préférer indirectement suggérer un message comme dans le cas de Khanitta. Dans certaines cultures, il est approprié de faire entendre votre voix pour revendiquer vos droits, dans d'autres, si vous le faites, vous « perdez la face».

La verbalisation des sentiments et des besoins n’est pas chose aisée. Lorsque vous devez également tenir compte de la famille élargie de votre partenaire, vous risquez de vous retrouver dans d’autres situations difficiles à « lire » et à gérer. D'un modèle de société axé sur la famille à un modèle axé sur l'individu, le rôle de la famille élargie peut être très différent et l'attente concernant l'implication de parents dans le mariage par exemple, peut déclencher de lourds conflits.

Giacomo a trouvé vraiment bizarre de partir en lune de miel accompagné de ses beaux-parents, il était prêt à entamer une relation plus intime avec sa femme et il trouvait étrange de partager cela avec sa belle-famille. D’un autre côté, les parents de sa nouvelle épouse étaient un peu contrariés parce que les parents de Giacomo ne se sont pas impliqués pendant le mariage ni même pendant la lune de miel.

Lorsque le couple devient une famille et que des enfants sont impliqués, les attentes en matière de participation de la famille élargie sont encore différentes. Luke a épousé Phone, originaire du Laos. Quand ils ont eu leur premier enfant, Phone a passé près d'un mois à la maison à faire du sauna aux herbes, à dormir et à manger avec sa fille, comme le veut la tradition laotienne après l'accouchement. Sa mère et ses sœurs s'occupaient d'elle et du nouveau-né, tandis que Luke se sentait totalement exclu. Il voulait prendre son rôle de père auprès de son épouse et de sa fille, il voulait créer sa famille, tandis que sa femme et sa belle-famille ne considéraient jamais son implication dans la prise en charge de l'enfant.

Élever un enfant est un travail que nous apprenons par la pratique et qui peut souvent être un moment difficile lorsqu’il faut en parallèle intégrer les différences de l’Autre.

Sophia, une adolescente de troisième culture, se sentait stressée par ses études. Elle se retirait souvent dans sa chambre, restait éveillée la nuit pour étudier, arrêtait de manger régulièrement. Ses pensées commençaient à devenir très négatives et son humeur devenait parfois délirante. Ses parents ont été en conflit car sa mère voulait gérer la situation selon ses convictions, par le biais de prières et de rituels impliquant des guérisseurs traditionnels. Son père était cependant très méprisant vis-à-vis de cette approche et voulait l'emmener chez un médecin et consulter un psychologue.

Il était très difficile pour eux deux de comprendre les raisons de chacun et de trouver une solution commune pour subvenir aux besoins de leur fille.

Quand on élève des enfants, les différences entre les couples deviennent plus évidentes. Il peut être difficile de créer des bases communes pour tirer parti des avantages des deux approches et faire preuve d'empathie envers les différentes manières de gérer les difficultés.

Il existe cependant des compétences et des mécanismes d'adaptation qui peuvent aider le couple à établir une relation fructueuse.

La déférence culturelle

Nous savons que les différentes attentes liées aux rôles de genre peuvent générer des conflits et des incompréhensions. Une flexibilité permettant de nous remettre en question est inéluctablement une compétence positive à acquérir pour que le couple réussisse. Il est important d’apprendre et de respecter la culture de chacun afin de développer une relation plus saine. Grâce à la connaissance et à l'appréciation du contexte culturel de votre partenaire, il est plus facile de lire les différences, de les comprendre et, sans forcément les accepter pleinement, au moins de les intégrer.

Apprendre une langue différente, essayer de nouveaux plats, participer aux festivités traditionnelles sont autant de moyens de manifester de l'intérêt pour votre partenaire et de construire une relation respectueuse et équilibrée.

Avec plus de connaissances, il est plus facile de reconnaître les similitudes dans votre système de valeurs de base et de plus les valoriser que les différences. Il s’agit de ce que l’on appelle la déférence culturelle, la capacité de se conformer à différentes traditions. Il ne s’agit pas de perdre votre éducation culturelle, mais de développer votre identité par la curiosité et le respect de l’autre.

Cela peut sembler étrange, mais l'humour est l'une des meilleures habiletés d’adaptation. C'est la capacité de rendre la relation plus amusante, de désamorcer les tensions et d'apprendre à réduire les différences, à prioriser ce qui est important pour le couple. Cela ne veut pas dire se moquer de l’autre, cela veut dire être capable de rire de nous-mêmes et de nos réactions, d’arrêter une éventuelle situation de conflit et de la transformer en une occasion de nouer des liens.

Je souligne ici que le sarcasme n’est pas de l’humour, c’est un moyen de communication agressif et destructeur, alors que l’humour consiste à rire ensemble de certaines parties de nous-même, de nos réactions, de notre culture et de nos traditions.

Le recadrage culturel

Il y a plusieurs façons d'être en couple. Si la flexibilité des rôles au sein d’un couple, la déférence culturelle, la reconnaissance des similitudes, la compréhension générale des autres cultures et l'humour sont un bon début, il existe un mécanisme d'adaptation ultime pour les couples interculturels performants : le recadrage culturel. Cela va au-delà de l’accent mis sur les similitudes et l’acceptation des différences. Il s’agit de tirer parti du meilleur des deux cultures pour développer un terrain d’entente commun, une « identité relationnelle » unique. Les couples qui réussissent peuvent déterminer ensemble et recadrer leurs facteurs de stress culturels et leurs différences en créant un nouvel ensemble de valeurs, de règles et de traditions, une sorte de « troisième culture » du couple.

 

 PHOTO Clara Barilani rectangle

Clara Barilanipsychologue (français, italien)

du réseau Eutelmed.

 

Eutelmed, c'est aussi :

Un réseau international de professionnels de santé
+40 langues et cultures couvertes
6 spécialités para/médicales en télé-consultation sécurisée
Conseils et consultations sur les enjeux humains de la mobilité

Cliquer ici pour découvrir notre réseau de praticiens

www.eutelmed.com